Service Public

ParticuliersProfessionnelsAssociations

Fiche pratique

Exploitation d'un bureau de tabac

Vérifié le 01 mars 2023 - Direction de l'information légale et administrative (Première ministre)

L'exploitation d'un débit de tabac ordinaire permanent est soumise à une réglementation en matière d'agencement, de lutte contre le tabagisme, d'obligations fiscales et de crédits.

Les principales obligations sont les suivantes :

Le local et le mobilier doivent être adaptés à la vente de tabacs.

Le buraliste doit transmettre à la direction régionale des douanes le plan d'aménagement du local et la durée prévisionnelle des travaux.

Vous devez transmettre ce plan 1 mois avant minimum la réalisation des travaux, par courrier recommandé avec accusé de réception.

L'absence de réponse dans les 15 jours vaut acceptation.

Pour tout changement concernant l'activité commerciale, vous devez informer la direction régionale des douanes, au plus tard le jour du changement.

 Attention :

il est interdit de vendre du tabac dans un distributeur automatique ou à distance (internet ou correspondance).

Un bureau de tabac doit afficher les 2 enseignes suivantes :

  • Enseigne traditionnelle appelée carotte. Elle est représentée par un losange, soit rouge, soit tricolore de couleurs bleu blanc rouge. Elle doit respecter les modèles déposés à l'Inpi. Elle doit être fixée à l'extérieur du bureau de tabac et comporter la seule mention tabac. Elle peut être munie d'un dispositif d'éclairage non clignotant.
  • Enseigne commerciale collée en façade du bureau de tabac. Le seul mot tabac peut y être inscrit. Le nom de l'établissement et la représentation de la carotte peuvent aussi y être inscrits.

Une pré-enseigne (facultative) peut signaler la proximité d'un bureau de tabac. Elle comporte exclusivement la mention tabac ou débit de tabac.

Outil de recherche
Rechercher en ligne des modèles et dessins déposés par l'Inpi

Horaires d'ouverture et congés hebdomadaire

La fermeture hebdomadaire est facultative.

Elle est décidée par le gérant.

Elle ne doit pas dépasser 2 jours, consécutifs ou non.

Un débit de tabac peut être ouvert le dimanche sans autorisation préalable.

Le buraliste fixe les horaires d'ouverture journaliers du bureau de tabac.

Le commerce associé au débit (presse ou bar, notamment) ne peut pas être ouvert si le tabac est fermé.

Congés annuels

Les congés annuels sont de 6 semaines maximum.

Ils ne doivent pas dépasser 4 semaines consécutives.

Le gérant doit en informer avant les services douaniers.

Un buraliste peut proposer à ses clients le paiement des impôts, amendes ou factures dans le bureau de tabac.

 Exemple

Paiement de la taxe d'habitation, de la taxe foncière, amende de sécurité routière, factures liées à un service public (cantine, crèche, hôpital...)

 Attention :

une formation est obligatoire pour le buraliste avant de pouvoir proposer ce service.

Moyens de paiement autorisés

 Attention :

les règlements par chèque ne sont pas acceptés.

Le client doit payer soit en espèces soit par carte bancaire.

Le montant maximum autorisé est de 300 €.

Le client doit régler soit en espèces, soit par carte bancaire.

En espèces, le montant maximum est de 300 €.

Par carte bancaire tout paiement sans limite de montant est accepté.

Le buraliste touche une commission de l’État de 1,5 € pour chaque encaissement effectué.

 À noter

le buraliste n'a pas accès aux informations personnelles des usagers sur leur impôts.

Le buraliste ne doit pas vendre ou offrir du tabac à un jeune mineur (moins de 18 ans).

Tous les produits du tabac ou de vapotage sont concernés y compris les feuilles et les filtres (cigarettes, tabac à rouler, tabac à narguilé, tabac à pipe, cigares, cigarillos, etc.).

Une affiche doit être visible à l'intérieur du bureau de tabac pour rappeler l'interdiction de vente aux mineurs.

En cas de doute sur l'âge, le vendeur a le droit de refuser la vente.

C'est au client de prouver qu'il est majeur en montrant une pièce d'identité (avec photographie). Exemples : Carte nationale d'identité, passeport, carte de lycéen ou d'étudiant, permis de conduire, carte de réduction pour les transports publics.

Le buraliste risque une amende de 135 € s'il ne respecte pas cette interdiction.

Le buraliste peut payer ses commandes de tabac soit en totalité à la livraison soit à crédit.

Le crédit auprès d'un fournisseur est possible seulement si le buraliste possède une caution solidaire agréée.

Formulaire
Tabacs et alcools : acte de cautionnement

Cerfa n° 10646*02

Accéder au formulaire (pdf - 947.2 KB)  

Ministère chargé des finances

Il existe différents types de crédits possibles :

  • Crédit à la livraison : le buraliste paye la commande lors de la livraison suivante et au plus tard dans les 30 jours
  • Crédit de stock : le buraliste a un crédit permanent égal à 60 % du montant moyen de ses livraisons à crédit réalisées l'année précédente
  • Crédit saisonnier : il est possible uniquement quand le buraliste a déjà un autre crédit. La valeur totale des livraisons reçues pendant 4 mois consécutifs doit être supérieure ou égale à celle des livraisons des 8 autres mois de cette même année.

 Exemple

Crédit saisonnier : si un buraliste commande pour 10 000 € de tabac entre janvier et avril 2021, la totalité de ses commandes entre mai et décembre 2021 ne doit pas dépasser 10 000 €.

Le buraliste doit adresser au fournisseur une demande de crédit et une attestation de la caution agréée. Il doit préciser les types de crédits concernés.

Il doit fournir ces documents 48 heures minimum avant la commande.

Le tabac vendu par un buraliste est soumis à une fiscalité en fonction du prix de vente au détail.

Elle comprend 2 taxes :

  • Accise sur les tabacs
  • Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

 À noter

Les notions de droit de consommation sur les tabacs (DCT), taux proportionnel et taux spécifique n'existent plus.

Accise sur les tabacs

Le montant de l'accise sur les tabacs est égal au plus grand des deux montants suivants :

  • La somme des deux termes suivants :
  • Le minimum de perception

Voici les taux applicables en France continentale et en Corse du 1er mars 2023 au 31 décembre 2023

Montant de l'accise en France continentale en 2023

Catégorie fiscale

Paramètres de l’accise

Montant

 

Cigares et cigarillos

Taux (%)

36,3

Tarif (€/ 1000 unités)

52,2

Minimum de perception

(€/ 1000 unités)

288

 

Cigarettes

Taux (%)

55

Tarif (€/ 1000 unités)

68,1

Minimum de perception

(€/ 1000 unités)

360,6

Tabacs fine coupe

destinés à rouler les cigarettes

Taux (%)

49,1

Tarif (€/ 1000 grammes)

91,7

Minimum de perception (€/ 1000 grammes)

335,3

Tabacs à chauffer commercialisés en bâtonnets

Taux (%)

51,4

Tarif (€/ 1000 unités)

19,3

Minimum de perception

(€/ 1000 unités)

232

Autres tabacs à chauffer

Taux (%)

51,4

Tarif (€/ 1000 grammes)

72,7

Minimum de perception (€/ 1000 grammes)

875,5

Autres tabacs à fumer ou à inhaler après avoir été chauffés

Taux (%)

51,4

Tarif (€/ 1000 grammes)

33,6

Minimum de perception (€/ 1000 grammes)

145,1

Tabacs à priser

Taux (%)

58,1

Tabacs à mâcher

Taux (%)

40,7

Montant de l'accise en Corse

Catégorie fiscale

Paramètres de l’accise

Montant

 

Cigares et cigarillos

Taux (%)

30,2

Tarif (€/ 1000 unités)

48,4

 

Cigarettes

Taux (%)

51,6

Tarif (€/ 1000 unités)

56,5

 

Tabacs fine coupe

destinés à rouler les cigarettes

Taux (%)

41

Tarif (€/ 1000 grammes)

74,0

Tabacs à chauffer commercialisés en bâtonnets

Taux (%)

45,3

Tarif (€/ 1000 unités)

19,3

Autres tabacs à chauffer

Taux (%)

45,3

Tarif (€/ 1000 grammes)

72,8

Autres tabacs à fumer ou à inhaler après avoir été chauffés

Taux (%)

45,4

Tarif (€/ 1000 grammes)

24

Tabacs à priser

Taux (%)

49,3

Tabacs à mâcher

Taux (%)

34,9

Prenons un exemple pour les cigarettes en France continentale :

Pour 1 000 cigarettes vendues à 400 €, le droit d'accise est, à compter du 1er mars 2023, de 288,1 €, calculé comme suit :

- le taux de l'accise multiplié par le prix de vente, soit 55 % x 400 euros = 220 euros

- + le tarif de l'accise pour 1 000 unités, soit 68,1 euros

Soit un total de 220 + 68,1 = 288,1 euros

Déclaration des stocks au 1er mars 2023

Le débitant de tabac doit faire une déclaration de stocks auprès du fournisseur agréé.

Il doit faire une déclaration pour chacun de ses fournisseurs.

Il doit l'envoyer au plus tard le 4e jour qui suit la date d'entrée en vigueur des nouveaux taux ou tarifs (hors samedi, dimanche et jour férié).

Il l'envoie soit par un téléservice mis à disposition par le fournisseur, soit en recommandé avec accusé de réception, en 3 exemplaires, à la direction des douanes dont il dépend.

  À savoir

En fonction du fournisseur, les modalités de déclaration différent. Vous devez télécharger des modèles de déclarations de stocks sur le site des douanes en fonction du fournisseur.

Pour tout savoir sur la déclaration de stocks au 1er mars 2023, rendez-vous sur le site des Douanes.

Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

Les ventes faites par les débitants de tabacs et les remises qui leur sont allouées ne sont pas soumises à la TVA.

Le taux de la TVA, dite TVA en dedans, est de 16,66 % du prix de vente au détail (comprise dans le prix).

Tout gérant d'un débit de tabac exerçant en France continentale obtient une remise de 10,09 % pour la vente au détail de toutes les catégories de tabac (11,870 % en Corse).

 À noter

un buraliste autorisé à majorer le prix de vente du tabac avec un supplément pour rémunération, doit appliquer la TVA au taux normal de 20 % à ce supplément. Le fournisseur collecte cette taxe.

Fermeture provisoire

Un bureau de tabac peut être fermé provisoirement.

C'est la direction régionale des douanes qui le décide.

Cette fermeture intervient dans les cas suivants :

  • Indisponibilité du gérant pour raison de santé
  • Interruption involontaire de l'activité (sinistre, inondation ou incendie)
  • Travaux dans le local commercial de plus d'1 mois empêchant l'activité normale du commerce
  • Décès ou incapacité du gérant (non suivie d'une gérance provisoire)
  • Démission suite à une indemnité de fin d'activité
  • Mise en liquidation judiciaire du fonds de commerce rattaché au bureau de tabac
  • Procédure pénale à l'encontre du gérant pour des faits reprochés dans le cadre de son activité commerciale.

La fermeture provisoire est limitée à 1 an dans les 5 premiers cas.

Dans les 2 dernières situations, la limite est fixée au cas par cas.

Le buraliste a le droit de présenter ses observations avant l'application de la fermeture provisoire.

Fermeture définitive

Le directeur régional des douanes peut décider la fermeture définitive d'un bureau de tabac pour l'une des raisons suivantes :

  • Démission du gérant sans présentation de successeur
  • Décès du gérant en l'absence d'héritier
  • Résiliation du contrat de gérance
  • Impossibilité de reprendre un fonctionnement normal après une fermeture provisoire
  • Fin de la période de fermeture provisoire après démission

Succession

Le buraliste peut présenter un successeur à l'administration douanière quand il vend le fonds de commerce auquel le bureau de tabac est rattaché.

En cas de résiliation ou de non-renouvellement du contrat de gérance, le buraliste n'a pas automatiquement l'autorisation de présenter un successeur.

  À savoir

Un débit de tabac ne peut jamais faire l'objet d'une cession.

Suppléance

Le buraliste peut désigner un suppléant qui l'assiste pour les tâches liées à la vente de tabac.

Il peut désigner le suppléant parmi l'une ou l'autre des catégories suivantes :

Le buraliste peut choisir son suppléant avant ou après la signature du contrat.

Si la désignation est faite après le contrat, elle doit être inscrite dans un avenant.

Remplacement

Le buraliste peut se faire remplacer par son suppléant ou par un salarié en cas d'absence exceptionnelle, quel que soit le motif.

Il peut s'absenter pour une durée maximum de 6 mois renouvelable 1 fois.

Il doit informer les services douaniers avant son absence.

Gérance provisoire

En cas de décès ou d'incapacité du buraliste, le suppléant peut continuer la gérance du débit de tabac.

Il doit signer un avenant au contrat et trouver un successeur.

Le buraliste (son suppléant ou son remplaçant) qui ne respecte pas ses obligations peut recevoir une sanction.

Il peut s'agir par exemple d'un avertissement ou d'une amende de 8 000 € maximum.

Après réception par courrier des faits reprochés, le buraliste a 15 jours pour répondre.

Il peut présenter ses observations et être entendu par la direction régionale des douanes.

Le buraliste a droit à une retraite grâce à un système particulier de cotisations.

Il s'agit d'un système d'allocations appelé régime d'allocations viagères des gérants de tabacs (RAVGDT).

Pour en savoir plus