Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Colloque « La Grande Guerre à Étaples : sa mémoire, son empreinte « 

17 novembre à 09:00 > 17:00

COLLOQUE HISTORIQUE « LA GRANDE GUERRE A ETAPLES : MEMOIRE ET EMPREINTE »

17 novembre 2018 de 9h à 17h, salle pédagogique de Maréis

Colloque présidé par Bruno Béthouart, Professeur émérite des universités en histoire contemporaine

La sortie de guerre, à la fin de la Première Guerre mondiale, s’est révélée être un bouleversement important à Etaples : de 1915 à 1919, sur la commune, l’armée de l’Empire britannique déploie un immense camp de renfort pour l’infanterie et une zone hospitalière de pointe, pour soigner les blessés ramenés du front. Quelles traces et quelle mémoire cette présence britannique et militaire ont-elles laissées derrière elles ?

Au cours de ce colloque différents thèmes seront abordés.

Bruno BETHOUART, professeur émérite d’histoire contemporaine, interviendra sur la dimension spirituelle du conflit et sa mémoire religieuse ;

Magali DOMAIN, doctorante en Histoire contemporaine, relatera les bombardements des hôpitaux ;

Frédéric LEMAIRE, ingénieur en archéologie (INRAP), annoncera les avancées de la recherche actuelle en archéologie dans ce domaine ;

Joël RAMET, archéologue, présentera les vestiges du camp de l’armée britannique sur la Zone Administrative d’Etaples qui existent encore aujourd’hui ;

Frédéric WILLMANN, vice-président de l’association ARRRAS, interviendra sur les souterrains d’Etaples et leur rôle durant la guerre ;

Douglas GILL, historien, évoquera les ravages de la grippe espagnole et les recherches menées par les armées autour de cette maladie ;

Marianne STEENBRUGGE, directrice du musée Quentovic, évoquera la construction du cimetière et le rôle de l’architecte britannique Sir Edwin Lutyens ;

Armel AVRY, archiviste de la Ville d’Etaples, interviendra sur le prix payé par la ville d’Etaples (croix de guerre) et le monument aux morts de la ville.

Renseignements : Office de tourisme, 03 21 09 56 94, Office de tourisme

 

LA GRANDE GUERRE ET LA FOI DANS LE PAYS DE MONTREUIL

Après avoir rappelé la situation en 1914 de ce territoire dans un diocèse par ailleurs en première ligne où arrivent les troupes de l’Empire britannique, il est intéressant de mesurer comment la foi peut être un recours chez les soldats français autour d’un évêque patriote et d’une sainte, la petite Thérèse, mais également chez les britanniques dans le camp d’Étaples, à Montreuil notamment. Après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918 correspondant à la fête de Saint-Martin, la foi continue de jouer un rôle essentiel dans la mémoire des combattants, des travailleurs étrangers et la commémoration de la guerre avec les monuments aux morts français, avec les cimetières militaires de l’Empire britannique puis du Commonwealth.

Bruno Béthouart, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO)

 

LE BOMBARDEMENT DES HOPITAUX DU CAMP D’ETAPLES (MAI-JUIN 1918)

L’imposant complexe sanitaire installé dans le camp britannique d’Etaples durant la Grande Guerre a été la cible de deux raids aériens de grande ampleur au moment de la Kaiserschlacht. Ces attaques engendrèrent la polémique : les Allemands avaient-ils visés sciemment des hôpitaux, ou ignoraient-ils le caractère particulier des bâtiments qu’ils bombardaient ? Ne cherchaient-ils pas plutôt à atteindre un objectif militaire très proche? Les obsèques des victimes, en particulier des infirmières tombées en accomplissant leur devoir, ont en tout cas marqué un temps fort du conflit dans l’esprit des Britanniques.

Magali Domain, enseignante en Histoire à l’Espé-LNF et doctorante en Histoire contemporaine (Université d’Artois)

 

LE CAMP BRITANNIQUE AUJOURD’HUI, QUELS VESTIGES ?

Bien que le camp britannique durant la Première Guerre mondiale ait eu une vaste emprise sur la commune d’Etaples et les communes alentours de Camiers, Dannes, Le Touquet, Attin… il est difficile de se rendre compte de l’emprise de celui-ci sur le territoire. Le démantèlement effectué en 1919 n’a pas laissé de traces visibles d’un camp militaire conçu pour être éphémère. Mais est-ce réellement le cas ? Les traces du camp britannique sont petit à petit redécouvertes par les archéologues, aidés par les historiens. Les vestiges mis au jour sont réinterprétés et deviennent des témoins de cette histoire qui s’est déroulée sur le territoire.

Joël RAMET, archéologue

 

LES TUNNELS WW1 DU CAMP D’ETAPLES-SUR-MER

Un effondrement de terrain à Etaples avenue François Mitterrand a permis de découvrir un ensemble de tunnels inconnus. Suite à l’étude de ces différentes galeries, nous avons pu établir que ce réseau s’étendait sur plusieurs centaines de mètres et que celui-ci avait été creusé durant la Première Guerre mondiale. Quelle a été l’utilité d’un aussi vaste réseau de galeries sous le camp d’Etaples, aussi loin du front de la Somme et de l’Artois ? Nous reviendrons sur l’étude morphologique et le creusement des différentes zones, ainsi que des accès aujourd’hui bouchés. Nous expliquerons enfin pourquoi ces tunnels pourraient être des galeries «  école  » pour l’entrainement au creusement, ce qui serait un cas unique et exceptionnel du Nord de la France.

Frédéric WILLMANN, vice-président de l’association ARRRAS

 

LES ORIGINES D’UNE PANDEMIE : LE KANSAS, ETAPLES OU LA CHINE ? ENQUETE SUR LES ORIGINES DE LA GRIPPE ESPAGNOLE

Quel est le lieu où les premières victimes de la pandémie de 1918-1919 ont été repérées ? Une pandémie qui, pendant douze mois, a tué plus de cinquante millions de personnes…

Le débat parmi les virologues, les chercheurs en génétique et les historiens est devenu de plus en plus vif. Ce débat se concentre autour de trois possibilités : le Kansas, le nord de la Chine, ou bien les dunes entre Etaples et Camiers.

Mais pourquoi ici, à Etaples ? Quels indices et quels éléments permettraient d’avancer la théorie que le camp d’Etaples pourrait être à l’origine de la pandémie ?

Douglas GILL, historien

 

LE CIMETIERE BRITANNIQUE D’ETAPLES ET SIR EDWIN LUTYENS, UN ARCHITECTE DE LA MEMOIRE MILITAIRE

La préoccupation de la mémoire et de l’entretien des tombes, en hommage aux hommes et femmes tombés au combat, est très tôt prise en considération par les autorités militaires britanniques. A Etaples, le plus grand cimetière militaire britannique du continent fait l’objet après-guerre d’un réaménagement et de la construction d’un monument commémoratif par l’architecte Sir Edwin Lutyens. Cet architecte, l’un de ceux commissionnés pour la conception des édifices de mémoire, va s’inspirer des styles classiques, et mettre en place une symbolique permettant aux familles et aux visiteurs de trouver l’aspect solennel et le recueillement nécessaires à ce lieu de mémoire.

Marianne STEENBRUGGE, directrice du Musée Quentovic d’Etaples

 

LA CROIX DE GUERRE ET LE MONUMENT AUX MORTS D’ETAPLES : SYMBOLES D’UN CONFLIT SANS PRECEDENT

L’armistice du 11 novembre 1918 marque pour la France et Étaples la fin d’un conflit sans précédent au niveau du nombre de morts, des destructions engendrées et du traumatisme profond subi par les populations. La remise de la croix de guerre en décembre 1920 et l’érection du monument aux morts, décidée en 1921 et achevée en 1924, mettent en évidence la mémoire immédiate de cette guerre. Hautement consciente de la vaillance consentie par ses habitants et de leur immense sacrifice, la ville d’Étaples va ainsi rendre hommage durablement à sa population.

Armel AVRY, archiviste de la ville d’Etaples-sur-Mer

 

Renseignements : 03 21 09 56 94 – Marianne Steenbrugge

Détails

Date :
17 novembre
Heure :
09:00 > 17:00
Catégories d’Évènement:
,

Organisateur

Musée Quentovic
Téléphone :
03 21 09 56 94 

Lieu

Mareis
La corderie, Boulevard Bigot Descelers
etaples, 62630 France
+ Google Map